Month: August 2023

L’évolution du tennis: Des discriminations sexistes à l’égalité et à l’accessibilité

PAR BULAT UTEMURATOV: Né dans les jardins soignés de l’aristocratie britannique au XIXe siècle et réservé pendant des décennies aux élites essentiellement masculines, le tennis moderne sur gazon est aujourd’hui un puissant moteur pour aider à surmonter les barrières socio-économiques et de genre au sein de la société.

Wimbledon, le plus ancien tournoi de tennis au monde, a certes ouvert ses portes aux femmes en 1884, mais la naissance du tennis professionnel féminin a dû attendre près d’un siècle de plus. C’est la star américaine Billie Jean King qui a contribué à donner une forme officielle au tennis professionnel féminin lorsqu’en 1970, avec huit autres joueuses, elle a donné le coup d’envoi de ce qui allait devenir la Women’s Tennis Association (WTA) en organisant une série de tournois réservés aux femmes.

Cette année, alors que nous célébrons le 50e anniversaire de la création officielle de la WTA et le 60e anniversaire de la Coupe Billie Jean King, le tennis est l’un des sports les plus égalitaires au monde. Environ 41 % des joueurs de tennis sont des femmes et neuf des dix athlètes féminines les mieux payées au monde sont des joueuses de tennis. Ces chiffres témoignent de l’énorme réussite des joueurs de tennis, ainsi que du sport lui-même, qui est devenu beaucoup plus égalitaire.

Avec l’ouverture de l’US Open 2023, il convient également de noter un autre anniversaire important : cette année marque les 50 ans du tournoi qui a commencé à offrir des prix égaux pour les hommes et les femmes en 1973, devenant ainsi le premier des quatre tournois du Grand Chelem à le faire.

Néanmoins, les problèmes liés à l’égalité des sexes demeurent un problème pour le tennis mondial. Par exemple, seul un entraîneur sur cinq est une femme, et les femmes ne représentent que 22 % des officiels certifiés. Il est essentiel de continuer à travailler pour que les filles et les femmes aient la possibilité d’atteindre leur plein potentiel dans toutes les sphères du tennis, partout dans le monde.

Au Kazakhstan, nous donnons la priorité à l’inclusion des filles dans le tennis. Il s’agit d’un sport sûr, sans contact et sans blessure, et aujourd’hui, dans le pays, 55 % des enfants qui jouent au tennis sont des filles. Cette stratégie a été couronnée de succès, les joueuses de tennis du Kazakhstan obtenant des résultats impressionnants à de nombreux niveaux. Les équipes de filles de moins de 12 ans ont remporté trois fois le championnat asiatique par équipe et, cette année, l’équipe de moins de 16 ans a atteint la finale de la Coupe Billie Jean King junior. Les anciennes stars Asiya Dair et Madina Rakhim ont obtenu d’excellents résultats dans les tournois du Grand Chelem junior, et sont maintenant suivies par des joueuses comme Aruzhan Sagandikova et Sandugash Kenzhibayeva. Et bien sûr, je dois mentionner le succès continu de l’équipe adulte, dirigée par la championne de Wimbledon de l’année dernière, Elena Rybakina.

Mais pour que le tennis devienne un sport véritablement public, je suis profondément convaincu de la nécessité d’éliminer non seulement les barrières de genre, mais aussi les barrières financières et physiques. En tant que vice-président de la Fédération internationale de tennis (ITF), je me suis fixé pour objectif de trouver et de mettre en œuvre des solutions systématiques pour éliminer les obstacles à la participation, et nous nous concentrons sur le développement d’un écosystème international de tennis inclusif dans le monde entier. Nous créons et finançons des tournois internationaux pour les enfants de moins de 12 ans, afin que les jeunes sportifs puissent acquérir les compétences nécessaires à un bon départ professionnel, et nous nous efforçons d’augmenter le niveau général des revenus du tennis.

La raison pour laquelle nous nous concentrons sur les enfants de cette tranche d’âge est très simple : Jusqu’à l’âge de 12 ans, c’est une période critique de développement où les exigences sont élevées. Les enfants ont besoin de s’entraîner aux tournois internationaux, mais la plupart d’entre eux n’ont pas accès aux ressources nécessaires pour de tels voyages. Nous avons ciblé notre soutien sur les cinq régions les plus nécessiteuses : Afrique, Asie, Amérique du Sud, Caraïbes et Océanie. Au cours des six dernières années, nous avons investi plus de 3 millions de dollars dans des championnats régionaux d’équipes de moins de 12 ans pour les joueurs de ces régions du monde, avec plus de 10 000 participants au total. Ces tournois ont permis à de nombreux jeunes joueurs de tennis de se mettre en valeur, de montrer leurs compétences et d’obtenir le soutien financier de sponsors.

Ce travail doit être poursuivi sur une base institutionnelle. Actuellement, le financement des tournois et des voyages des joueurs représente 7 millions de dollars du budget de l’ITF. Il est clair que les besoins sont bien plus importants. À titre de comparaison, l’investissement de la FIFA dans le développement mondial du sport et de l’éducation s’élève à plus de 2,5 milliards de dollars entre 2019 et 2022.

De par mon expérience au Kazakhstan, je peux dire que notre investissement et le suivi des meilleures pratiques mondiales portent leurs fruits. Aujourd’hui, le Kazakhstan fait partie des 20 premiers pays au monde en termes de développement du tennis. La Fédération kazakhstanaise de tennis a déployé beaucoup d’efforts pour faire du tennis un sport accessible à tous en investissant dans les infrastructures, en réduisant les coûts d’accès aux courts et d’entraînement, et en fournissant une assistance professionnelle et financière aux stars masculines et féminines du tennis de demain.

Il est également nécessaire de créer les meilleures conditions possibles pour que les personnes handicapées puissent jouer au tennis. Dans cette optique, l’ITF a alloué l’année dernière 375 000 dollars pour lancer un programme de développement du tennis en fauteuil roulant. Pour que cette initiative soit couronnée de succès, la participation active des associations nationales de tennis est indispensable et le tennis en fauteuil roulant doit être mieux intégré dans les tournois. Une fois de plus, je suis encouragé par l’évolution de la situation au Kazakhstan, où le tennis inclusif devient de plus en plus populaire dans tout le pays. En mars, le premier championnat du Kazakhstan de tennis en fauteuil roulant s’est tenu à Almaty, et le tennis est la seule discipline en fauteuil roulant dans le programme paralympique du Kazakhstan. Ces mesures sont encourageantes et démontrent le potentiel de développement. Il est essentiel que ces efforts se poursuivent, non seulement au Kazakhstan, mais aussi dans d’autres pays.

Enfin, je voudrais exprimer ma gratitude à tous ceux qui ont contribué et continuent de contribuer au développement du tennis en tant que sport ouvert, universel et inclusif. Nous avons parcouru un long chemin depuis les pelouses des jardins britanniques des années 1870, et j’ai hâte de voir ce que nous pouvons faire de plus pour continuer à ouvrir le monde du tennis aux générations à venir.

Bulat Utemuratov est un homme d’affaires et un philanthrope. Il est vice-président de la Fédération internationale de tennis et président de la Fédération de tennis du Kazakhstan.

SOURCE : https://www.sportsbusinessjournal.com/Articles/2023/08/28/oped-28-utemuratov.aspx

La Fondation Bulat Utemuratov finance un cours de formation au leadership pour 24 000 étudiants kazakhstanais

  • La Fondation Bulat Utemuratov a alloué 5 millions de dollars à un programme quinquennal pour les jeunes leaders au Kazakhstan
  • Le Forum annuel des jeunes leaders a eu lieu à Almaty en présence de plus de 500 étudiants et enseignants
  • Les élèves de trois écoles recevront un soutien financier pour leurs projets novateurs 

La Fondation Bulat Utemuratov a alloué 5 millions de dollars à son programme quinquennal pour les jeunes leaders afin de développer les compétences en leadership des élèves de la 5e à la 11e année (du CM1 à la Seconde) au Kazakhstan.

The Bulat Utemuratov Foundation funded the 2023 Young Leaders Forum.

Tout au long de l’année scolaire, les élèves suivent des cours optionnels et participent à des mini-conférences mensuelles et à des formations spécialisées. Ils apprennent également à utiliser leurs compétences générales, y compris le leadership, l’esprit critique, les communications, la prise de parole en public, le travail d’équipe, la gestion de projet et la négociation. À ce jour, plus de 24 000 élèves de 110 écoles participantes ont suivi les cours de formation en leadership de la fondation.

Organisé à Almaty, le Forum annuel des jeunes leaders a réuni plus de 500 étudiants et enseignants. Les étudiants ont eu l’occasion de présenter et de discuter des projets sur lesquels ils ont travaillé et la Fondation Bulat Utemuratov a annoncé les noms des trois projets qui recevront un soutien de son fonds dédié.

Les projets gagnants ont été sélectionnés parmi près de 1 500 candidatures. Les projets lauréats de cette année visent à fournir de précieuses expériences d’apprentissage et parmi eux figurent un atelier de poterie, une histoire du Kazakhstan en bande dessinée et un projet facilitant l’accès à des services d’orientation professionnelle.

Marat Aitmagambetov, directeur de la Fondation Bulat Utemuratov, a déclaré : « Je suis fier de voir le programme du Forum des jeunes leaders continuer de croître et d’inspirer les étudiants partout au Kazakhstan. Les trois projets gagnants du Forum de cette année mettent en valeur la créativité et la pensée novatrice de nos jeunes leaders et démontrent l’impact que ce programme peut avoir sur leur éducation et leur développement personnel. Nous sommes déterminés à soutenir la prochaine génération de dirigeants au Kazakhstan et nous sommes impatients d’assister au succès continu du programme dans les années à venir. »

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/2169006/Bulat_Utemuratov_Foundation_2023.jpg

SOURCE The Bulat Utemuratov Foundation

© Bulat Utemuratov
Tous les droits sont réservés.