Month: March 2020

« Bonjour, salem ! » Comment les visites de stars mondiales contribuent au développement du tennis au Kazakhstan

Il y a 13 ans au Kazakhstan, un événement a fait parler les parents de jeunes enfants. « Ça y est, nous allons mettre Yarik au tennis, nous ferons de lui une star du sport »,  – de telles conversations se faisaient entendre dans les cuisines partout dans le pays, seul le nom de l’enfant changeait. Nous allons vous expliquer comment tout a commencé.

Peu de gens ont entendu parler de la Fédération de tennis du Kazakhstan, qui fonctionnait nominalement depuis 1991. Tout a changé en 2007, lorsque l’homme d’affaires Bulat Utemuratov est devenu le président de cette organisation. Comme résultat : en 13 ans, des centres de tennis modernes ont été construits dans chaque centre régional du Kazakhstan, un programme de développement du tennis pour enfants a été lancé. Entre 2007 et 2019, le nombre de terrains de tennis dans le pays a passé de 62 à 297, c’est-à-dire qu’en 10 ans, il a augmenté de cinq fois. Pour 2020, la Fédération de tennis a aussi des projets assez ambitieux : la construction de centres de tennis dans cinq villes : Almaty, Turkestan, Karaganda, Lisakovsk et Rudny dans la région de Kostanay. Les parents n’ont pas à s’inquiéter : tous les centres seront équipés de courts intérieurs et extérieurs. Cependant, tout a son temps.

« Holà ! Bonjour ! Welcome to Kazakhstan ! »

Le 24 octobre 2019, Nur Sultan. Malgré l’heure tardive (il est 23 h 45), l’aéroport de la capitale est bruyant et bondé : les journalistes et la délégation saluent à la fois deux des plus grands athlètes : Novak Djokovic et Rafael Nadal.

Novak Djokovic et Rafael Nadal à Nur-Sultan / Photo ktf.kz

Le soir du même jour, Nadal et Djokovic organiseront un match de charité pour 12 mille spectateurs au palais de sport Barys Arena. Tous les revenus de la vente de billets ont été affectés au développement du tennis pour enfants au Kazakhstan.

” Les experts qualifient ce match d’unique non seulement pour le Kazakhstan, mais aussi pour les pays de la CEI, car les joueurs de tennis de ce niveau – le nº 1 et 2 mondial du monde ne se sont jamais rencontrés sur les courts des pays post-soviétiques.”

Des athlètes exceptionnels ont participé à plusieurs événements organisés par la Fédération de tennis du Kazakhstan. Avant le match, Djokovic et Nadal ont organisé un master class pour les vainqueurs et les lauréats du Championnat du Kazakhstan U10. De plus, ils ont participé à l’ouverture d’un nouveau centre de tennis dans le parc Zherұyyқ, ils ont été les invités d’honneur de cette cérémonie.

Les vainqueurs de Roland Garros, de l’US Open et de Wimbledon ont un grand nombre de fans au Kazakhstan, et le soir de jeux non seulement les résidents métropolitains ont été parmi les spectateurs. Cela prouve une fois de plus que le Kazakhstan a une grande communauté de tennis.

« Après avoir vu le duel des légendes de leurs propres yeux, les enfants ont voulu devenir eux-mêmes les grands joueurs et, bien sûr, ont couru s’inscrire à la section de tennis, c’est le mérite de la Fédération de tennis du Kazakhstan. Nous l’avons déjà vu avant. Le 25 septembre 2014, le match amical a eu lieu entre Rafael Nadal et Jo-Wilfried Tsong (6: 7, 6: 3, 6: 4) dans la capitale. Ainsi, l’effet de ce combat était tout simplement stupéfiant. Selon des sources ouvertes, un grand nombre d’enfants ont souhaité lier leur vie au tennis, car de tels événements grandioses sont toujours tellement chargés d’émotions comme si quelqu’un du Kazakhstan a remporté de manière sensationnelle le tournoi du Grand Chelem, le championnat du monde ou les Jeux olympiques », – a déclaré l’observateur sportif Timur Bayketaev.

Salutations de Novak et Djokovic avant le match / Photo par Informburo.kz

« Bonjour, salem », – a déclaré Novak Djokovic à la presse avant le combat. Et il a plaisanté : ” Je ne suis pas aussi sympa que Nicolas Cage. Mais je suis prêt à essayer un costume national aujourd’hui. ”

« Vous parlez russe, mais moi aussi, je connais un peu cette langue. Je suis pour la première fois au Kazakhstan, dans cette belle ville. Merci à Rafael qui jouera avec moi à nouveau », – a déclaré Djokovic. « Pour notre sport, il est important qu’une personne comme Bulat Utemuratov fournisse un soutien au tennis. »

Rafael Nadal a gagné ce match de charité. Selon le règlement, la rencontre s’est tenue en deux sets. Le premier a été remporté par Nadal (6: 3), et le second par Djokovic (6: 3). En conséquence, le vainqueur a été identifié lors d’un tie-break, qui s’est terminé par un score de 11 : 9 en faveur de l’Espagnol.

Alors tout le monde peut jouer au tennis ?

À ce jour, la Fédération du Kazakhstan soutient financièrement environ 50 jeunes joueurs de tennis de tout le Kazakhstan : elle prend en charge toutes les dépenses, finance le processus d’entraînement de l’achat du matériel (balles, filets de court de tennis), location de courts, l’engagement des entraîneurs, cours de l’anglais, frais de repas, aux déplacements à l’étranger pour les compétitions.

Note aux parents : chaque grand centre régional dispose désormais de ses propres formateurs professionnels, prêts à trouver et à former de nouveaux Djokovic et Sharapova. Les membres de la Fédération de tennis sont persuadés que c’est au fin fond de la campagne que reposent les vraies pépites de sport. Pour cela, une infrastructure a été mise en place, des équipes solides d’entraîneurs ont été constituées et l’opportunité est offerte à tous ceux qui veulent participer régulièrement à des tournois non seulement au Kazakhstan, mais aussi sur la scène mondiale.

Vainqueurs du championnat de tennis RK chez les enfants de moins de 10 ans / Photo par ktf.kz

En 2019, la Fédération de tennis du Kazakhstan a organisé et animé avec succès plus de 40 tournois internationaux des séries ATF, ITF et ATR ChallengerTour, après elle a reçu des Fédérations Internationales et Asiatiques de tennis une évaluation très positive de l’organisation des tournois. En outre, plus de 100 tournois d’échelle républicaine et 120 tournois « Tennis à 10 » ont eu lieu, dont le dernier championnat du Kazakhstan à la veille du match le plus mémorable de l’année – la bataille des titans Nadal et Djokovic. 

Zarina Zhakupova

Le sport pour les individualistes brillants. Que fait le Kazakhstan pour populariser le tennis ?

Depuis 2007, la Fédération de tennis du Kazakhstan est dirigée par l’homme d’affaires Bulat Utemuratov. En ces 13 ans, des centres de tennis modernes ont été construits dans chaque centre régional du Kazakhstan, un programme de développement du tennis pour enfants a été lancé. Entre 2007 et 2019, le nombre de terrains de tennis dans le pays est passé de 62 à 297. Selon des informations non officielles, c’est précisément la notarié de Bulat Utemuratov, les négociations ponctuelles avec les athlètes et la création de conditions spéciales qui ont permis d’attirer des légionnaires parmi les joueurs forts de tennis russes sous la bannière de l’équipe kazakhe. Probablement, sans professionnels de haut niveau, le Kazakhstan n’a guère joué régulièrement en quart de finale de la Coupe Davis et dans le Groupe mondial de la Coupe de la Fédération féminine.

« C’est l’équipe qui gagne, mais c’est l’entraîneur qui perd »

Ces paroles ont été prononcées devant les journalistes par le capitaine de l’équipe nationale de tennis du Kazakhstan, Yuri Schukin. Il a ensuite admis que la Coupe Davis était en jeu et que les matchs de la Nur-Sultan Cup contre les Pays-Bas les 6 et 7 mars étaient les premiers pour Yuri en tant que capitaine de l’équipe nationale.

« Être le capitaine est une grande responsabilité. Comme on dit : c’est l’équipe qui gagne, mais c’est l’entraîneur qui perd. Lors du jeu, vous êtes à côté du joueur sur le banc, vous définissez sa tactique, travaillez avec des entraîneurs. En plus, nous invitons toujours les jeunes à des entraînement, même lors des voyages nous faisons venir avec nous les gars de la réserve. Ils s’entraînent avec l’équipe principale, ils ont besoin de ressentir la vitesse du jeu à un niveau différent, toutes les nuances du tennis pour les adultes. Lorsque nous jouons à domicile, nous faisons venir encore plus de gars de la réserve afin d’utiliser et de trouver tous ceux qui pourraient être utiles pour la première équipe », – a déclaré Schukin.

Le capitaine de l’équipe de tennis du Kazakhstan Yuri Shchukin / Photo informburo.kz

En conséquence, l’équipe nationale du Kazakhstan a atteint la finale de la Coupe Davis 2020, battant l’équipe nationale des Pays-Bas avec un score de 3: 1 et elle a obtenu un billet pour Madrid (la dernière partie de la Coupe Davis se tiendra les 23 et 29 novembre 2020 en Espagne).

L’entraîneur a ses propres joueurs à potentiel, qu’il surveille de près. « Lomakine, Tashbolatov, Maulenov, Sagadat, Evseev, Khabibulline – c’est notre réserve la plus proche. Nous travaillons avec eux dans les camps d’entraînement et contrôlons davantage leurs performances lors des tournois », – a ajouté Schukin.

« Nous nous préparons cette année de passer au moins aux demi-finales de la Coupe Davis, nous avions joué les quarts de finale tant de fois et nous sommes maintenant un peu coincés à ce stade. Si nous allons en demi-finale, la finale n’est pas loin. Je suis sûr que notre équipe en est capable. La chance dans le sport est également importante », – a déclaré l’entraîneur, notant que l’année dernière, l’équipe a remporté une victoire écrasante sur l’équipe nationale portugaise avec un score de 3: 1, ce qui a permis au Kazakhstan d’atteindre la phase finale de la Coupe Davis.

L’équipe masculine du Kazakhstan occupe la 12e place du classement de la Coupe Davis et elle est devenue cinq fois finaliste quart du tournoi (2011, 2013, 2014, 2015, 2018).

” Nous voulons aller à Budapest “

Une autre des réalisations de la Fédération de tennis est le soutien des joueurs de tennis kazakhstanais. L’équipe féminine a montré un jeu décent en qualifications pour la Coupe de la Fédération 2020.

La journée de match kazakh-belge lors du tour de qualification de la Coupe de la Fédération a commencé par un duel entre Yulia Putintseva et Elise Mertnes. La veille des deux athlètes ont apporté un point à leurs équipes. Après la défaite au premier set avec un score de 1: 6, Putintseva au début de la deuxième a réussi à égaliser, à mettre le match en jeu décisif, mais surmonter l’assaut du 19e raquette du monde a été une tâche impossible. Le résultat de la rencontre est 1: 6, 6: 7 en faveur de la Belge. Cette fois, la kazakhstanaise n’a pas été en mesure de répéter son incroyable comeback, quand lors du match avec Bonaventure, à un pas de la défaite, elle a récupéré deux fois le service de l’adversaire et a gagné.   

Puis Zarina Diyas est sortie sur le court, elle, selon le tirage au sort, était censée jouer avec le 115e raquette du monde Isalin Bonaventure, mais le capitaine de l’équipe nationale belge Johan van Herk a fait un remplacement et a opposé à notre compatriote Kirsten Flipkens, qui occupe la 34e position au classement mondial. Avant cela, les athlètes ne se sont rencontrées qu’une seule fois. En 2014, Zarina Diyas a battu Flipkens au premier tour du tournoi WTA en France avec un score de 2: 2, 6: 7 (3), 6: 3. La deuxième rencontre cette fois-ci s’est terminée par la victoire de la Belge – 6: 1, 6: 4.

Zarina Diyas / Photo par Andrey Udartsev

Ainsi, le score dans le match de qualification Belgique – Kazakhstan était de 3: 1. L’équipe rivale a atteint la phase finale et tentera à nouveau de remporter le titre de champion à Budapest en avril de cette année. Les femmes kazakhes ont montré un bon niveau de jeu, étant donné que les hôtesses des courts sont d’anciennes championnes de la Coupe de la Fédération (2001), deux fois finalistes (1969, 2006) et neuf fois demi-finalistes du tournoi (1970, 1972, 1974, 1975, 1977, 1988, 1997, 2003, 2011). 

“Nous n’avons rien à perdre – nous jouons loin de chez nous. Les Belges doivent confirmer leur statut, les fans attendent d’elles la victoire. Par conséquent, moi et toutes les filles devons montrer notre meilleur tennis pour leur offrir un jeu décent, pour gagner et conduire le Kazakhstan à la dernière partie du tournoi. Nous voulons aller à Budapest “, – a déclaré Yulia Putintseva avant le match contre les Belges.

Dans l’intervalle, la Fédération internationale de tennis a reporté les finales et les matches de play-off de la Coupe de la Fédération 2020 pour une durée indéterminée. Cela a été fait à cause de la pandémie de coronavirus.

« De nouvelles dates pour les finales et les éliminatoires de la Coupe de la Fédération seront annoncées au moment opportun. Nous continuerons de travailler avec toutes les fédérations de tennis pour minimiser l’impact de la propagation de Covid-19. Pendant ce temps, le Groupe consultatif de l’ITF Covid-19 continuera de suivre de près la situation, et de nouvelles décisions seront basées sur des données officielles et des recommandations d’experts », a déclaré la Fédération internationale de tennis dans son communiqué.

Dans la nouvelle saison, la Fédération de tennis a l’intention de battre au moins le résultat historique des dernières années et de se rendre à la demi-finale de la Coupe Davis. Gagner un tournoi majeur pour la Fédération de Tennis du Kazakhstan est l’un des principaux objectifs vers lesquels l’équipe s’oriente systématiquement.

Zarina Zhakupova.

© Bulat Utemuratov
Tous les droits sont réservés.

Switch to English