Un philanthrope ou un homme d’affaires avant-gardiste? Pourquoi Bulat Utemuratov prône la responsabilité sociale dans les télécommunications

En Occident, la responsabilité sociale des entreprises est depuis longtemps considérée comme acquise. Ce qui n’est pas le cas dans la région de l’Asie centrale, qui est passée relativement récemment aux relations de marché mais elle a déjà quelques grandes entreprises. Nous sommes en retard dans ce domaine, mais nous ne restons pas sur place : grâce aux gens et aux équipes, prêts à bouger la roue du progrès. Un de ces pionniers c’est un homme d’affaires du Kazakhstan Bulat Utemuratov, qui, ensemble avec Veon possède deux opérateurs de télécommunications en Asie centrale : « KaRTel » au Kazakhstan et « Sky Mobile » au Kirghizistan. Les deux travaillent sous la marque Beeline.

Peut-être, les télécommunications est l’un des secteurs les plus proches des consommateurs finaux à l’époque où le gadget est devenu une sorte d’extension de la main. Toute décision affecte instantanément la vie de centaines de milliers, voire de millions de personnes. Par conséquent, il est important de placer les intérêts commerciaux d’un côté de l’échelle tout en plaçant de l’autre côté des intérêts sociaux de la population. Grâce à cette approche, le copropriétaire du Beeline Bulat Utemuratov a pu coopérer avec Veon, la septième plus grande entreprise de télécommunications au monde, avec un nombre total d’abonnés supérieur à 240 millions d’utilisateurs en en Russie, en Italie, en Ukraine, en Ouzbékistan, au Tadjikistan, en Arménie, en Géorgie, au Kirghizistan, en Algérie, au Bangladesh et au Pakistan.

La recherche d’un équilibre oblige les géants des télécommunications, tels que le Beeline, être à la pointe du développement innovant de la région, ce que confirme la sixième place qu’il occupe au premier Classement des entreprises innovantes du Kazakhstan en 2017. Il a dans son portefeuille de mérites, par exemple, la réussite du test de la norme de communication de l’Internet pour les objets , et c’est une base fiable pour des projets tels qu’une « Maison intelligente », une « Ville intelligente » et « Industrie intelligente ». Dans le même portefeuille, on retrouve une carte de payent, la première au Kazakhstan et la cinquième au monde, liée au solde de l’abonné, avec laquelle vous pouvez effectuer des achats, payer vos déplacements et bien plus encore. Selon certaines données, les transactions du Beeline ont déjà dépassé la performance de certaines banques, et l’opérateur a pris la position de leader dans la finance mobile.

D’ailleurs, la notation prend aussi en compte des innovations dans le domaine des ressources humaines. Le Beeline est l’une des premières grandes entreprises au Kazakhstan, qui a introduit un calendrier flexible dans le cadre du projet Befree et a fourni aux employés les capacités techniques nécessaires. De plus, le Beeline kazakh et kyrgyz sont déjà parmi les gagnants du prix « HR-brand », qui est organisé chaque année par le HeadHunter du Kazakhstan. En 2017, le « Sky Mobile » a reçu un prix dans la nomination « Monde » pour le projet « Strategy Execution Engine » Journey 2017 « . L’Engine développe le potentiel des employés à travers la participation aux projets d’équipe grâce au système Agile. En 2016, le « Sky Mobile » a également remporté la nomination « Monde », mais avec un autre projet – « Digas eurasien » : un hackaton d’entreprise pour les employés des sept pays de la région Eurasie du groupe VEON.
Les innovations dans le domaine des ressources humaines dans toutes les entreprises avancées vont de pair avec les innovations de produits. Transformé de l’intérieur, le Beeline s’est fixé un objectif très élevé : devenir la première entreprise numérique au Kirghizistan. Cette initiative a contraint la direction à réviser la philosophie des affaires : maintenant, l’opérateur fait des choses apparemment étranges: elle modifie volontairement les tarifs des clients à plus rentables, propose le Service du Central téléphonique automatisé (CTA) aux clients b2b à un prix plusieurs fois inférieur à celui de ses concurrents (70 000 som versus 1,5 mille pour Beeline), et ouvre des centres de coworking totalement gratuit pour les étudiants : l’un d’eux a été ouvert en février 2018 au KSTU Iskhak Razzakov. Au même endroit, les employés de Beeline ont organisé les premiers atéliers pour les futurs spécialistes, ont expliqué comment faire un CV et comment trouver un emploi dans une entreprise internationale.

L’équipe n’est pas inquiète que toutes ces activités sociales et beaucoup d’autres réduiraient la rentabilité, au contraire, elle est sûre que tout cela contribuera à établir des relations à long terme avec les clients privés et les entreprises, à attirer les meilleurs talents dans l’entreprise. La société vise un développement continu, mais il convient de souligner qu’en 10 ans seulement, le Beeline Kirghizstan a contribué au budget d’état 321 millions de dollars en taxes et autres paiements obligatoires et il a investi plus de 265 millions de dollars dans le développement de l’économie et des télécommunications.

Au Kazakhstan, le Beeline est également connu pour ses initiatives en faveur des citoyens. Rappelez-vous au moins d’une action « Voyager pour 1 tengue », que la société a organisé à Almaty, à Uralsk et à Kyzyl-Orda pour les utilisateurs du plan tarifaire « Tout »: les gens pouvaient utiliser les transports en commun, en ne payant qu’un tengue du solde du téléphone. La campagne a rendu les transports en commun un peu plus populaires parmi les résidents d’Almaty, qui souffrent de problèmes de circulation et d’environnement et elle a aussi permis aux écoliers, aux étudiants et aux retraités qui l’utilisent régulièrement les transports en commun d’économiser un peu.

En 2012, le Beeline et la Foundation publique « Ulttyk Audarma Burossy » sont devenus partenaires du Google Translate pour introduire la langue kazakhe dans un service global. Après cinq ans, l’opérateur a contribué à améliorer le service en reliant la langue kazakhe aux capacités de traduction vocale: la technologie voix-texte. Le Beeline a dépensé 8,5 millions de tengues pour le projet « Google + Kazakh ».

Depuis 2014, Beeline a mis à la disposition de 25 institutions sociales dans différentes régions du Kazakhstan des services de l’Internet du haut débit et des équipements gratuits pour les enfants et les adultes handicapés. Seulement en 2016-2017, le Beeline a investi 8 270 500 tengues dans ce projet et a perdu 125 millions de tengues des revenus. En outre, le Beeline soutient activement l’entreprenariat social et les initiatives en octroyant des subventions aux meilleures start-up numériques du concours national Enactus (4,5 millions de tengues en 2018). La société elle-même participe activement à des ?uvres caritatives (4 millions de tengues en 2016-2017) à six fonds républicains et à un certain nombre de fonds régionaux. Elle encourage également les abonnés à faire des bonnes actions avec l’aide du premier organisme de bienfaisance du Kazakhstan et son service # JenAchu. Le prélèvement mensuelle du montant au profit de la « Foundation caritative bénévole » peut être effectuée avec un seul SMS. Seulement de mai à août 2018, le service a eu à 1576 abonnés. Au Beeline on considère qu’il faut commencer par soi-même, c’est pourquoi on a lancé le programme « Zhyla Zhurek » dans le cadre duquel les employés de l’entreprise ont déjà apporté une aide de 6 millions KZT aux orphelinats et aux familles nécessiteuses.

Ce ne sont que quelques-unes des initiatives sociales du Beeline. Mais elles permettent à comprendre que l’orientation vers les besoins de la société, l’expérience client et la loyauté des employés, que Bulat Utemuratov défend dans ses entreprises est une démarche prévoyante qui fonctionne dans les deux sens: au bénéfice des entreprises et au profit de la société. Au Kazakhstan, comme au Kirghizistan, la position du Beeline se voit renforcée de l’année en année. En 2017, le marché des télécommunications du Kazakhstan a augmenté de 5% et celui du Beeline de plus de 8%. Avec l’abolition de « l’esclavage mobile », le Beeline du Kazakhstan a reçu 3 fois plus de clients qu’il n’a perdu. Chaque mois, 1 500 à 2 000 b2b clients commencent à utiliser les services de l’opérateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *