Pour la première fois de l’histoire, l’équipe féminine de tennis du Kazakhstan a atteint la finale de la Coupe Billie Jean King

Si le principal tournoi pour les équipes du tennis masculin s’appelle la Coupe Davis depuis plus de 120 ans, son homologue féminin a changé non seulement de format, mais aussi de nom plus d’une fois. De 1963 à 1995, il s’appelait la Coupe de Fédération, de 1995 à 2020, il s’appelait la Coupe Fed, et depuis septembre 2020, il est devenue la Coupe Billie Jean King.

Avec le nouveau nom, le tournoi a également acquis le statut officiel de championnat du monde par équipe. Maintenant, il s’appelle la Coupe Billie Jean King – la Coupe mondiale de tennis. En 2021, l’équipe russe est devenue le premier vainqueur de cette compétition de tennis (la finale n’a pas eu lieu en 2020 en raison de la pandémie).

L’équipe féminine de tennis du Kazakhstan, qui a déjà joué trois fois à l’extérieur, a perdu les matchs décisifs pour entrer dans le groupe mondial II de la Coupe Fed. Et aujourd’hui il s’agit de la nouvelle tentative de faire partie des 12 meilleures équipes du monde.

Avant le début du tournoi, lors des conférences de presse d’avant-match, les capitaines Yaroslava Shvedova (le Kazakhstan) et Rainer Schuttler (l’Allemagne), ainsi que les leaders des équipes Elena Rybakina et Angelique Kerber ont été prudentes dans leurs prévisions, en notant que le match serait difficile pour les deux équipes.

Les hôtesses de la rencontre avaient à la fois le soutien de leurs propres murs et celui de leurs fans, ainsi que la terre battue en guise de surface, sur laquelle Elena Rybakina et Yulia Putintseva, ainsi que d’autres membres de notre équipe, Zarina Diyas, Anna Danilina et Zhibek Kulambaeva se sentent à l’aise.

Déjà le premier jour du match pour atteindre la phase finale de la Coupe du monde a montré que les hôtesses sont très sérieuses au sujet de leur possible victoire. Putintseva, après avoir battu l’ex-première raquette du monde, la championne de trois tournois du Grand Chelem Angelique Kerber en trois sets, a apporté le premier point à notre équipe. Julia n’a fait s’inquiéter les fans que lors du premier set, où elle a perdu avec un score de 3:6.

Après avoir surmonté l’excitation initiale, dans les sets suivants, elle a obligé Kerber à courir davantage sur le terrain et à faire des erreurs plus souvent. Le score de 6:3 et 6:2 en faveur de Putintseva en parle lui-même.

Lors du match suivant, Elena Rybakina, qui jouait pour la première fois pour l’équipe nationale du Kazakhstan, a renforcé son avantage en battant l’Allemande Laura Siegemund avec un score de 6:0 et 6:1. Ainsi, notre équipe nationale a pris les devants – 2:0.

Le lendemain, la première raquette du Kazakhstan, Elena Rybakina, a battu Angelique Kerber avec un score de 2:1 lors d’un match dramatique. De plus, le set de départ a été remporté par l’Allemande – 6: 4, et notre athlète a égalisé sa position dans le deuxième set – 6: 3. Dans le troisième set décisif, Elena, en perdant 3:5, a réussi à montrer son caractère et à gagner avec un score de 7:5.

«Le match a été très difficile, ce n’était pas facile à jouer. Mais je me suis adaptée. J’ai compris que, bien sûr, nous allons nous battre toutes les deux pour chaque point. Et puis sur le terrain j’ai ressenti tout ce que l’on ressent normalement pendant le match, de l’énervement. Je pense que j’ai le niveau et que j’aurais pu jouer mieux. Je ne pense pas que ce soit ma limite. Peut-être qu’Angelica peut dire la même chose, car, comme je l’ai déjà dit, nous venons de passer à la terre battue. Je n’ai pas bien servi aujourd’hui par rapport à hier. Mais en général, je suis contente d’avoir réussi à la battre », a déclaré Rybakina.

Cette victoire a apporté aux joueuses de tennis kazakhstanaises un succès général sur l’équipe nationale allemande – 3:0. Et avec lui – pour la première fois dans l’histoire du tennis kazakhstanais – une place à la finale de la Coupe BillyJean King. Les matches restants ne sont déjà qu’une simple formalité.

Source: MAKSOUT IRJANOV, kazpravda.kz