Championnats du monde de tennis : juniors suivent les pas des adultes

Les jeunes joueurs de tennis kazakhstanais ont atteint l’étape décisive du championnat du monde par équipe

2022 devient une année véritablement décisive pour le tennis kazakhstanais. Premièrement, l’équipe masculine a remporté pour la troisième fois consécutive le droit de participer au tournoi final de la Coupe Davis (également connu sous le nom de Championnat du monde par équipe). Puis, pour la première fois de leur histoire, les filles se sont arrivées au final du tournoi de la Coupe Billie Jean King (qui a également le statut de Championnat du monde). Et voilà que les juniors ont suivi leur exemple : lors du tournoi qualificatif du championnat du monde organisé à New Delhi, nos athlètes de moins de 14 ans ont remporté l’un des trois déplacements de la région asiatique!

Comment s’est déroulé le chemin de notre équipe junior vers le top 3 si convoité?

Ce sont les athlètes de quatorze ans qui jouent

Le championnat des équipes nationales, composé de joueurs âgés de moins de 14 ans (au début du tournoi), a lieu depuis 1992. Et si c’est seulement 54 équipes ont participé au premier tournoi, cette fois-ci une bonne centaine d’équipes se sont battus pour le droit d’aller à la ville tchèque de Prostejov, qui accueille le tournoi final depuis 1999. Et sûr, dans ces équipes il y a ceux qui vont clairement se montrer dans les tournois adultes dans les 3-4 ans. C’est le cas de la première raquette du monde Iga Sventek, de l’Américaine Coco Gauff, de la Tchèque Marketa Vondrousova, de l’Espagnol Carlos Alcaras, les Canadiens Felix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov, qui ont aidé leur pays à gagner et à entrer dans le palmarès du championnat junior.

Ces dernières années, la zone Asie et Océanie dans le tournoi final était représentée par les équipes de l’Australie et du Japon, de la Corée du Sud et de la Thaïlande, de la Chine et du Hong Kong. De plus, les Coréens en 2011 et 2015 sont devenus champions du monde.

Ces équipes étaient une fois de plus les favorites pour la qualification qui s’est déroulée à New Delhi, une partie petite mais très importante du vaste conglomérat urbain de Delhi de plus de 10 millions d’habitants. Après tout, New Delhi, située au sud de la soi-disant vieille ville et planifiée par Edwin Lutyens, l’un des principaux architectes britanniques du XXe siècle, est la capitale officielle de l’Inde.

Combinaison de paires – Zangar Nurlanuly et Daniel Tazabekov PHOTO : BB-CNTV.com

Épreuve de force

Ainsi, 16 équipes ont d’abord déterminé les deux premières de chacun des quatre groupes, après quoi ces huit, selon le système à élimination directe, ont déterminé les trois titulaires de voyages en Coupe du monde. L’équipe nationale du Kazakhstan, qui comprenait Damir Zhalgasbay (21.02.2008, Almaty), Zangar Nurlanuly (04.07.2008, Turkestan), Daniel Tazabekov (08.01.2008, Shymkent) et le capitaine (entraîneur-chef) de l’équipe Sergey Kvak, est entré dans le groupe D – avec des équipes de l’Indonésie, du Sri Lanka et du Pakistan.

Et même si les adversaires de la première étape n’étaient pas les plus forts, il fallait tenir compte des conditions climatiques extrêmes dans lesquelles s’est déroulé le tournoi : en journée la température à l’ombre dépassait +40°C, et il n’y avait pas de moindre soulagement même le soir. Ainsi, dans des conditions de déshydratation extrême, il n’était pas rare que les joueurs souffrissent de convulsions.

L’anomalie du tournoi dans de telles conditions a été constatée même par le célèbre Australien Lleyton Hewitt, venu soutenir son fils Cruz. Bien que pour lui, qui a joué dans deux douzaines de championnats ouverts d’Australie, cette chaleur sur le terrain n’était pas quelque chose de si étrange. La très mauvaise qualité de l’air et la nourriture épicée, ce qui est inhabituel pour nos joueurs, ont également ajouté des problèmes.

Nous allons à la coupe du monde!

Ayant gagné tous les matchs de la phase de groupes avec le même score de 3-0, nos joueurs ont atteint l’équipe du Hong Kong en quarts de finale. Nous avons gagné à nouveau – 2-0 (ici, le match de double n’a pas eu lieu car cela n’avait pas d’importance), mais avons perdu contre les Coréens en demi-finale – 1-2.

Il convient de noter que le premier numéro des Coréens Cho Se Hyuk, malgré son âge – l’athlète est assez grand et puissant, a déjà de l’expérience dans les tournois ITF pour adultes. Ce n’est donc pas un hasard si à New Delhi il a remporté les 6 simples et 5 en double. Donc, dans le match avec nous, après que Damir Zhalgasbai ait battu le deuxième numéro des Coréens avec un score de 6: 3, 6: 2, c’est Cho qui a décidé du sort du match, battant d’abord Zangar Nurlanuly – 6: 1, 6 :1, puis en paire c Do Gem, après avoir battu notre duo Zhalgasbai/Nurlanuly – 6:4, 6:2. De plus, on sentait que les adversaires jouaient bien en double, ce qui manquait à nos joueurs. Peut-être parce que Zangar vit et s’entraîne constamment en Slovaquie, et que Damir est à Almaty (et Daniel est en République tchèque).

Damir Zhalgasbay – lors du jeu et pendant un court repos avec l’entraîneur Timur Akkaziev PHOTO : BB-CNTV.com

Et pourtant, les Kazakhs avaient de bonnes chances de succès final, pour lesquels il fallait battre l’équipe thaïlandaise, qui dans l’autre demi-finale a perdu contre l’équipe japonaise – 0-2. Et ici, il convient de noter l’héroïsme de Damir Zhalgasbay, qui a réussi à regagner deux balles de match et après trois heures de la lutte la plus acharnée, quand « au bout de souffle » il a arraché la victoire – 2:6, 7:6 ( 7:5), 7:5. Inspiré par cette victoire, Zangar a simplement « écrasé » son adversaire – 6:2, 6:1.

2-0 – et pour la première fois dans l’histoire du tennis kazakhstanais, nous allons jouer au final du championnat du monde junior, qui aura lieu du 1er au 6 novembre. Les vainqueurs de la qualification étaient nos rivaux en demi-finale, qui ont battu les Japonais avec le score de 2-1 en finale.

La zone Asie et Océanie a été la première à boucler son tour de qualification. Pendant le mois de mai, les finalistes des autres régions seront également connus : deux équipes iront à Prostějov de l’Afrique et des zones de l’Amérique du Nord et centrale/des Caraïbes, trois de l’Amérique du Sud, l’Europe aura la plus grande représentation – 6 équipes.

Et les autres équipes juniors?

Initialement, les tournois de qualification des 14 et 16 ans de la zone Asie et Océanie étaient répartis entre l’Inde et le Sri Lanka. Mais en mars, des troubles populaires ont commencé dans l’État insulaire, qui se poursuivent à ce jour – et tout au long du mois d’avril, New Delhi a accueilli les compétitions juniors les unes après les autres.

Du 4 au 9 avril, les participants de la Coupe Junior Billie Jean King 16 ans et moins se sont battus ici. L’équipe dirigée par la capitaine Yaroslava Shvedova, composée de trois Almatiannes – Aya Nupbay, Asylzhan Arystanbekova et Karina Dzhumazhanova, a pris la 5e place. Et trois billets chanceux pour la dernière partie de la Coupe du monde ont été gagné par les équipes de l’Australie (nous avons perdu contre elle en quarts de finale), de la Thaïlande et du Japon.

Equipe de 16 ans (de gauche à droite) : Zatsepin, Kaldybekov, Omarkhanov et Chembotaev (capitaine) PHOTO : © ktf.kz

Les filles ont été remplacées par des gars – en Coupe Davis junior  (Coupe Davis Junior 16 ans et moins). L’équipe nationale kazakhe comprenait un représentant de Taraz Danir Kaldybekov et deux joueurs de Karaganda – Amir Omarkhanov et Vitaly Zatsepin. Les pupilles du capitaine Zhansultan Chembotaev étaient sur le point d’obtenir un billet pour le tournoi final, mais ont perdu dans le match pour la 3e place face à l’équipe australienne. Et la première place a été disputé par les équipes de l’Inde et du Japon, les hôtes ont gagné.

Et, enfin, dans le tournoi chez les filles de moins de 14 ans (ITF World Junior – Tennis Girls 14 & Under), Ariana Gogulina de Nur-Sultan, Satima Toregen d’Almaty et Eva Korysheva d’Aktobe (capitaine d’équipe – Mukam Ermatov) ont pris la 6e place, et trois places pour le même Prosteev ont été remportés par les équipes du Japon, de l’Australie et de la Corée du Sud.

Équipe du Kazakhstan

L ‘Académie de l’équipe du Kazakhstan a été créé en 2008, un an après que la Fédération de tennis du Kazakhstan (FTK) ait été dirigée par un homme d’affaires bien connu Boulat Utemuratov. Mais il a reçu une impulsion particulièrement puissante dans son développement en septembre 2020, lorsque le Britannique Dave Miley, qui a occupé des postes de direction à la Fédération internationale de tennis (ITF) pendant plus de 25 ans, a rejoint l’équipe FTC en tant que directeur exécutif.

À la fin de la même année, Timur Akkaziev, 36 ans, est devenu le directeur de l’académie. Avant il a étudié le tennis à la célèbre Académie Nick Bollettieri, il a aussi fait ses études à la Faculté de commerce international de l’Université Cumberland (États-Unis), et il a combiné à des performances dans des tournois étudiants sous les auspices de la NCAA, le coaching avec des maîtres tels que le Roumain Horia Tecau, l’ancien n ° 2 mondial en double, et le Français Fabrice Martin.

C’est avec leur arrivée  les camps d’entraînement ont commencé à être pratiqués dans un format élargi – pour les principaux juniors et entraîneurs de tout le pays, et pas seulement pour l’académie Team Kazakhstan. Une préparation ciblée pour les principaux tournois pour les équipes de tennis junior a été aidée par une sélection interne difficile et un TCB juste avant la compétition. Et ce que les joueurs de 14 ans ont réussi à faire montre que la FTC est sur la bonne voie.

Source: forbes.kz