Bulat Utemuratov : « Nous avançons pas à pas vers notre objectif »

La performance brillante et sensationnelle pour notre tennis de l’équipe junior du Kazakhstan des moins de 14 ans lors des débuts du Championnat du monde par équipe n’a laissé personne indifférent. Pour la première fois, faisant partie des 16 participants au championnat du monde, nos gars ont non seulement joué avec dignité, mais se sont classés parmi les quatre premiers au monde, battant les meilleurs rivaux d’Argentine, d’Italie et de Slovénie sur leur chemin. Donnant ainsi une réponse claire à la question : le Kazakhstan a-t-il sa propre réserve ? En effet, après la victoire d’Elena Rybakina à Wimbledon, de nombreux sujets ont été abordés : pourquoi des joueurs étrangers ont-ils été invités à jouer pour le Kazakhstan ? Où sont élevés les joueurs de tennis au Kazakhstan ? Lesquels des juniors, élevés dans des centres de tennis kazakhstanais, joueront bientôt pour les équipes nationales ? Que fait la Fédération de tennis du Kazakhstan en général (ci-après dénommée la fédération) pour construire une pyramide de réserve. Le service de presse de la FTC a demandé à Bulat Utemuratov, président de la Fédération de tennis du Kazakhstan, de répondre à ces questions et à quelques-unes d’autres.

– Bulat Zhamitovich, nous vous félicitons pour un autre succès du tennis kazakhstanais : Zangar Nurlanuly, Daniel Tazabekov et Damir Zhalgasbay se sont arrêtés à un pas des médailles de bronze du Championnat du monde. Il y a une semaine, cela semblait fantastique.

 – Je suis heureux que les gars se soient révélés être de vrais combattants et aient agi comme une équipe soudée, où chaque joueur a apporté une grande contribution à cette réalisation historique. Les adversaires du tournoi étaient très forts, chaque match nécessitait un maximum de concentration et de dévouement. Les joueurs ont pu montrer au monde entier la puissance du tennis kazakhstanais. Ce résultat a été rendu possible grâce au travail acharné des joueurs, ainsi qu’au soutien constant et à la participation de leurs parents et entraîneurs, sans l’attention desquels ce grand succès n’aurait pas été possible. Cet exploit est une preuve d’une certaine maturité du tennis kazakhstanais, où nos juniors occupent déjà une place élevée dans l’élite mondiale du tennis.

– Le récent succès d’Elena Rybakina à Wimbledon a soulevé la question de travail avec de joueurs étrangers. Vous pouvez enfin y mettre un point final : pourquoi cela a-t-il été fait à l’époque ?

Il y a eu plusieurs vagues de joueurs. Le premier est Yuri Shchukin, Yaroslava Shvedova, Andrey Golubev, Mikhail Kukushkin. Sans chacun d’eux, nos équipes nationales n’auraient pas pu faire une percée rapide et de qualité des divisions inférieures de la Coupe Davis et de la Fed Cup à l’élite du tennis mondial. Ils ont donné un exemple pour plusieurs générations de joueurs kazakhstanais – Khabibullin, Kerimbayeva, Kulambayeva et d’autres: quel but se fixer, quelle attitude voir envers son travail difficile mais tant aimé, comment vaincre ses rivaux qui excellent en classe grâce à son travail acharné et régulier. Chacune de ces premières vagues a non seulement apporté du succès au profit de notre pays, mais continue de le faire maintenant jusqu’au présent.
Yuri Shchukin, ayant terminé sa carrière en tant que joueur de l’équipe nationale, en est devenu le capitaine. Yaroslava Shvedova a inscrit son nom en lettres d’or dans l’histoire du tennis kazakhstanais en remportant les tournois du Grand Chelem – Wimbledon et l’US Open – et lors des trois Jeux olympiques, et après avoir terminé sa carrière de joueuse, elle est également devenue capitaine de l’équipe nationale. Shchukin et Shvedova partagent activement leur expérience lors de séminaires de coaching réguliers avec notre nouvelle génération d’entraîneurs. Il y a aussi des histoires humaines simples : Yaroslava a créé sa famille ici avec un gars de Nur-Sultan, tout comme Andrey Golubev, dont la femme Meruert est de Petropavlovsk. Golubev et Kukushkin sont toujours les principaux joueurs de notre équipe, sans la contribution desquels les résultats du tennis kazakhstanais ne se développeraient pas. Les pionniers et les deux prochaines vagues d’invités – Yulia Putintseva, Alexander Nedovesov, Anna Danilina, Alexander Bublik, Elena Rybakina – ont tous ensemble contribué au développement rapide de notre tennis, ils ont énormément contribué au fait que l’équipe nationale masculine a atteint les quarts de finale de la Coupe Davis 6 fois, et après avoir changé de format, elle jouera au troisième championnat du monde, et les femmes y feront leurs débuts. Ils ont créé un boom du tennis dans le pays, nos jeunes joueurs de tennis, l’avenir des équipes nationales kazakhstanaises, grandissent maintenant sur leurs exemples. La victoire d’Elena Rybakina n’a fait qu’accroître toutes ces tendances, augmentant l’intérêt pour le tennis au Kazakhstan à un niveau phénoménal : les parents et les enfants attaquent nos centres de tennis à travers le pays dans le but de se lancer sur une voie du tennis. Ces dernières années, nous avons construit 38 centres de tennis et 364 courts dans 17 régions du pays. Avant cela, ils étaient constamment occupés du matin au soir, mais maintenant, il n’y a tout simplement pas assez de courts. Par conséquent, nous continuerons certainement la construction des courts et des centres de tennis.

– Combien d’argent est dépensé pour les joueurs invités ?–

Le budget de la fédération est désormais entièrement assuré par les sponsors. Auparavant, l’État partiellement financé – jusqu’à 25% du budget total, mais ces dernières années, ce chiffre est tombé à 2-3%. Maintenant, l’État, pour des raisons objectives, n’a pas la possibilité d’allouer des fonds importants au sport et, au début de cette année, j’ai décidé d’abandonner complètement le financement public.
Quant au soutien financier de nos meilleurs joueurs, ils n’ont pas de contrats coûteux, les gains des joueurs de tennis sont uniquement constitués des prix en argent qu’ils reçoivent lors des tournois. Bien sûr, tous les joueurs de tennis de premier plan, quel que soit leur âge, bénéficient d’un soutien financier de base et d’un soutien de la fédération – ici, nous parlons principalement de conseils, de visas et de soutien organisationnel.
En général, les dépenses pour les juniors que la fédération supporte sont 5 fois plus élevées que les fonds que nous dépensons pour les joueurs adultes. Dans les régions, les akimats nous aident : à l’entretien des installations de tennis, en payant en partie le travail de la jeune génération d’entraîneurs kazakhstanais et des déplacements aux compétitions pour les meilleurs juniors des régions.

– La question suivante concerne les juniors kazakhstanais. Sans une bonne éducation de nos garçons et de nos filles, sans une reconstitution de haute qualité des équipes nationales, il est impossible d’obtenir un grand succès.

Oui, exactement. Pour constituer une réserve d’équipes nationales, la fédération travaille à tous les niveaux, à commencer par des cours de tennis collectifs pour les enfants de 5 à 7 ans. C’est à cet âge que les enfants acquièrent les compétences de départ nécessaires et participent à leurs premières compétitions. Nous accordons une grande attention au projet « Tennis à moins de 10 », où les enfants reçoivent une base pour leur avancement futur. Les spécialistes de la fédération visitent les principaux tournois parmi les joueurs de moins de 10 ans, les observent, communiquent avec leurs entraîneurs et aident au développement.

– Veuillez nous en dire plus sur l’académie Team Kazakhstan, qu’apporte-t-elle au tennis professionnel au Kazakhstan ? Lesquels des jeunes joueurs de tennis montrent déjà des résultats prometteurs ?

L’équipe de l’Académie du Kazakhstan a été créée en 2008. Plus de 180 des enfants, juniors et jeunes joueurs de tennis les plus talentueux du pays sont déjà passés par là, dont Denis Evseev, Dmitry Popko, Kamila Kerimbaeva, Ekaterina Dmitrichenko, Guzal Ainitdinova, Anna Danilina, Zhibek Kulambaeva, Timur Khabibulin, Dostanbek Tashbulatov , Grigory Lomakin et bien d’autres. Certains d’entre eux ont déjà mis fin à leur carrière dans le sport professionnel et ont commencé à entraîner.
Quant aux jeunes joueurs de tennis qui jouent maintenant, je noterais particulièrement la 74e raquette du classement mondial junior, participant à deux tournois juniors du Grand Chelem cette année Maxim Batyutenko, ainsi que Islam Orynbasar, Erasyl Erdilda, Arslanbek Aitkulov, Vitaly Zatsepin, Danir Kaldybekov et autres. Pour les filles, il s’agit de la 66e raquette du classement mondial junior, qui a participé à trois tournois du Grand Chelem junior cette année Aruzhan Sagandykova, la débutante du junior Wimbledon 2022 Sandugash Kenzhibayeva (90e raquette du monde), Janelle Rustemova (145e raquette du monde) et bien d’autres.

– L’année dernière, les juniors kazakhstanais ont remporté un nombre record de 37 tournois ITF Juniors en simple et en double et sont devenus finalistes dans 44 autres tournois. Dans les tournois Tennis Europe U14, nos joueurs de tennis ont remporté 19 tournois et 15 fois de plus ils ont atteint la finale.

Je tiens à souligner qu’un grand mérite dans les résultats obtenus appartient aux mentors : à la fois aux entraîneurs personnels et aux coachs de la fédération. Les résultats de Zangar Nurlanuly, 13 ans, qui a remporté cinq tournois de Tennis Europe en simple au cours des deux dernières années, sont impressionnants. Désormais dans le classement Tennis Europe des moins de 14 ans, il occupe la sixième position.
Damir Zhalgasbai et Daniel Tazabekov figurent également dans le top 100 du classement de Tennis Europe. Nous sommes très satisfaits du succès de nos juniors de moins de 14 ans, qui jouent déjà lors des tournois ITF de moins de 18 ans. Parmi eux sont Inkar Dusebay, Zara Darken, Amir Omarkhanov, Yerasyl Bakhtiyar, Polina Sleptsova, Yerasyl Erdilda et bien d’autres jeunes athlètes talentueux. Le 2022 est une année anniversaire pour le tennis kazakh. Cette année, la FTC fête ses 30 ans. Nous sommes confrontés à de grandes tâches, une base solide pour le développement du tennis a été posée, ce qui nécessite un travail actif supplémentaire de chacun pour éduquer les futurs champions et renforcer les traditions gagnantes du tennis kazakhstanais d’aujourd’hui.

Source: TengriNews.kz